lundi 24 novembre 2014

Sweet days

 Juste le temps... Juste le temps d'un week-end. Un week-end exceptionnel de quatre jours, avec injonction formelle de mon boss de déconnecter du boulot, de me reposer... Eh oui, le travail est rude ces jours-ci... Alors je l'ai pris au mot. Quatre petits jours pour se faire du bien. Pour reprendre tout doux le sport. Pour recevoir des copines autour d'un gâteau et d'un café. Pour rester à la maison, lire, préparer des cookies, découvrir les jeux reçus, encourager les grands pour les examens qui approchent.
Et puis un tout petit peu plus loin. Au jardin. A la bibliothèque. Au marché. Au théâtre.
Et puis même jusqu'au grand parc qui accueille nos pique-nique d'été, pour faire craquer les feuilles sous nos bottes, respirer l'incroyable douceur de l'air, jouer à Robin des Bois et Princesse Maryanne et à cache-cache...

samedi 15 novembre 2014

La journée d'anniversaire

 Il est parti à l'école avec ses trois gâteaux (dont deux moelleux au chocolat basiques, je n'ose plus faire autre chose depuis que j'ai lu ce post de l'extraordinaire Mme Bellzouzou), et sa cocarde "Birthday Boy" épinglée sur son sweat, en sautillant avec son beau sourire.
Il est rentré avec son meilleur copain, invité à dormir pour l'occasion, et a soufflé ses bougies et ouvert ses cadeaux entouré de ses frères et soeur (comme pour ses un an, ses deux ans, ...)
Et tout ce week-end la fête continue ! On n'a pas tous les jours cinq ans, hein! ;-)




vendredi 14 novembre 2014

Cinq !

Cinq ans que ce petit soleil nous réchauffe et nous éclaire... Qu'est ce qu'on les aime, lui et ses bouclettes, à ce petit numéro 4 !

mercredi 12 novembre 2014

Rouge coquelicots

Impossible évidemment de se balader à Londres en ce début novembre sans remarquer les coquelicots du souvenir, épinglés sur la veste de très nombreux Londoniens de tous âges et origines croisés au hasard des rues et des métros. Coquelicots qui rappellent ceux qui poussaient dans les champs des Flandres pendant la guerre 14-18 - vous le savez, hein, que la terre fraîchement retournée attire les coquelicots, et que si il est presqu'impossible d'en faire pousser dans un jardin bien rangé, ils choisissent volontiers le tas de gravats abandonné devant la maison à la fin du chantier... 
Ces coquelicots en Angleterre sont devenus donc symbole de mémoire pour les anciens combattants. Dans Londres qui aime tant le rouge - les bus, les cabines téléphoniques- les coquelicots nous faisaient des clins d'oeil aussi dans les gares, musées et même sur certains taxis. 
Mais en cette année de centenaire du début de la première guerre mondiale, l'installation la plus impressionnante était à la Tour de Londres, à quelques encablures donc de chez mon cousin, et nous avons donc été y jeter un coup d'oeil, en bravant un peu la foule qui s'y pressait...
après avoir bien regardé-za-droite ;-) (les Anglais nous font rire)
 Chacun de ces 888 500 et des poussières coquelicots (en céramique) représente un soldat anglais tué pendant les quatre années de la guerre... se laisser traverser par cette pensée devant cette mer rouge d'innombrables coquelicots donne carrément le vertige...
Même si les Anglais n'évitent pas la polémique au sujet de cette installation artistique éphémère, (polémique découverte dans l'édito du Monde qu'on a lu dans l'Eurostar du retour, coïncidence amusante!), moi (amoureuse depuis longtemps des coquelicots, il faut bien le reconnaître) je l'ai trouvée très belle et très émouvante cette installation... 

Et j'ai repensé à ce film dont parlait il y a quelques jours Milky, malheureusement manqué lors de sa diffusion...   

lundi 10 novembre 2014

Londres en amoureux

Ah ce qu'elles font du bien, ces escapades en amoureux, même si elles ne durent que quelques heures! Pour se rappeler qu'on n'est pas que des parents. Pour le plaisir de se balader comme bon nous semble, de manger quand on a faim, de s'arrêter quand le coeur nous en dit, de parler sans être interrompus par nos petits, d'aller voir une expo ou boire un cocktail sans essuyer de commentaires ironiques de nos grands :-)
Le ciel était avec nous, il a faisait très doux pour un mois de novembre et le vent ouvrait dans les nuages parfois menaçants de grandes éclaircies dorées ou bleues... 
On s'est beaucoup baladés cette fois sur les bords de la Tamise, la lumière était magnifique, j'ai plusieurs fois pensé à Venise où nous étions presqu'aux mêmes dates il y a trois ans... 
Nous avons eu la chance de pouvoir loger chez mon cousin, qui à la dernière fête de famille, nous avait laissé entendre qu'il était possible de "camper" dans son petit appartement si on venait à Londres où il travaille depuis trois ans... On s'est rappelés il y a quelques semaines de sa proposition, bien adaptée à notre réalité budgétaire du moment, on a décidé de le prendre au mot (bien que je n'ai jamais été très proche de ce cousin et qu'il l'avait donc peut être faite par pure politesse...) en tous cas sans imaginer à quoi ressemblait son appartement... on était heureux de découvrir qu'il était bien situé, tout près de Tower Bridge... mais imaginez notre surprise et notre ravissement en découvrant la vue depuis la baie vitrée de la salle de séjour... 
 (vendredi vers 13h)
(vendredi vers 23h30)
 (samedi vers 7h) (euh oui je suis incapable de faire la grasse matinée, même en week-end sans enfants...)
 (et mes préférées, si dorées, dimanche vers 8h...)
Même si on aurait bien passé le week-end à lire sur la petite terrasse qui ouvrait sur cette vue, on ne s'est évidemment pas arrêté là, on a usé nos chaussures sur les trottoirs londoniens, on a pris le temps de regarder les gens, la lumière changeante, le soir qui tombe et la lune qui se lève, et le ciel... que c'était bon !

(à suivre...)