dimanche 24 juillet 2016

Au revoir le camp

 D'abord récupérer mon petit explorateur australien, après son camp "voyage autour du monde", et puis ma lutin. Le grand est reparti, à peine rentré du Pérou, faire le "cuistot" au camp louveteaux.


(quelques photos du déguisement...)

 Mais avant le bain, les lessives, les mortellous cookies, la maison rangée et les draps propres qui les attendent à Bruxelles, il y a ces cérémonies de fin de camp, la remise des badges, les chansons entonnées tous ensemble, et puis les au-revoir pleins d'émotions...
Nous devons un peu nous adapter, nous les parents, dans ces camps en désordre, aux mouches qui volent, aux enfants crasseux, crevés et rayonnants, à ces rassemblements qui semblent interminables... on retrouve nos enfants mais ils y sont encore un peu, on doit être dans la retenue, et la délicatesse, éviter d'être pressés ou les paroles qui les heurteraient, on doit les réapprivoiser comme les louveteaux de la meute ou les lutins de la forêt - ce n'est pas pour rien sans doute qu'ils portent ce nom - , le groupe qui les appelle est si fort... (je me souviens de ce mélange d'émotions, contente de retrouver ma famille, mais triste et nostalgique de ce qui se termine, et des incompréhensions qui en naissaient...)...  les émotions sont la hauteur de l'intensité de ces jours d'été vécus ensemble, des liens créés sans nous, en dehors de nous, dans cette bulle qui se forme autour du camp où le monde extérieur n'existe plus, et et qui valent tout l'or du monde... "rassemblés près des tentes pour saluer la fin du jour"...
 une en bottines, une pieds nus, une en bottes, une en tongs, une en chaussettes... c'est la fin du camp!
les sourires rayonnants et puis les larmes, inévitables, quand il faut se dire au-revoir... 
Merci les chefs :-)

mardi 19 juillet 2016

La fête, malgré tout

Mes parents fêtent ces jours-ci leurs 50 ans de mariage... Pour marquer l'événement, ils préparaient depuis près d'un an un grand week-end en famille, dans un château en Normandie, où les frères, soeur, et tous les cousins pourraient passer un bon moment ensemble... même la famille installée aux Etats Unis revenait pour l'occasion.


clic pour la musique

C'est deux jours avant le départ qu'a eu lieu la soirée tragique et on a d'abord pensé tout annuler... et puis on a changé d'avis, on est partis, les coeurs lourds mais ensemble. Et ça a été de bons moments, bien plus doux qu'à l'ordinaire, de chaleur et de réconfort... entre cousins du même âge (ils sont douze, entre 4 et 24 ans)... entre nous, à les regarder... à parler, laisser couler les larmes et rire ensemble... on a même levé nos verres à la Vie, aux couleurs des fleurs et à celles de la mer, à la douceur du soleil sur les visages et du vent qui sèche les pleurs...
J'ai pris seule un bain de mer le dernier matin, et nager dans ce bleu transparent sous le ciel entre bleu et nuages, me coucher sur les vagues et me laisser porter, m'a fait un bien incroyable.  Comme j'ai repensé au mantra d'Agathe "Keep moving"... "le remède à tout est l'eau salée, les larmes, la sueur ou la mer"... 

 Et le samedi soir, on a lancé nos lanternes vers le ciel en les adressant à celui qui venait de disparaître... une grosse boule dans la gorge et les larmes aux bord des yeux mais en se serrant fort les uns et les autres...